Une exposition sur la réponse des architectes au tremblement de terre  de mars 2011au Japon. 

On se souvient tous avec horreur du grand séisme survenu au Japon en mars 2011. Le tsunami qui s'en est suivi, a lessivé les côtes montagneuses du nord-est du pays.
 
Dès les premières heures de la catastrophe, des architectes japonais se sont mis en mode intervention. Ils ont cherché dans leur savoir-faire, des idées simples et efficaces pour venir en aide à la population sinistrée.
 
Leurs modèles d'intervention ont suivi l'évolution de la situation. 
 
La Japan Foundation a documenté cette démarche spontanée à la fois scientifique et humanitaire dans une grande exposition qu'elle fait circuler à travers le monde. Après Paris, Moscou, Rome, Beijing, Boston, Mexico, Jérusalem, Barcelone et Madrid, c'est au tour de Montréal de la recevoir au Centre d'exposition de l'Université de Montréal.
 
Le titre de l'exposition est très universitaire:
Reconstruction et adaptation architecturale dans le nord-est du Japon après le grand séisme de mars 2011.
Les cartels, qui expliquent les différentes interventions, sont longs à lire et souvent spécialisés.
Mais l'exposition (gratuite) vaut tout de même le déplacement. 
 
On constate comment ce peuple humble devant la nature mais féru de techniques sait trouver des réponses simples et en harmonie avec l'environnement et avec sa culture pour se relever.
 
Dans la première portion de l'exposition, on expose les solutions mises en place pour pallier à la situation d'urgence. Par exemple, un abri de carton en forme de maison pour préserver l'intimité du sinistré qui cherche le sommeil au milieu de la dévastation.  À côté, une grande boîte debout pour se changer.
 
L'exposition nous montre, dans un deuxième temps, différentes façons de loger temporairement la population tout en leur procurant une qualité de vie. Ça peut autant être des maisons construites à même des conteneurs ou faites de planches de bois récupérées des débris.
 
Dans un troisième volet, il est question de planification urbaine. Où reconstruire les villes pour éviter qu'elles soient de nouveau détruites par le déchaînement de la nature? Comment utiliser les grands espaces créés par l'effet dévastateur du tsunami?
 
La quatrième station présente des projets pensés par des architectes de l'étranger qui, par leur vision extérieure, proposent une approche différente.
 
 
Reconstruction et adaptation architecturale dans le nord-est du Japon après le grand séisme de mars 2011.
Centre d'exposition de l'Université de Montréal
jusqu'au 8 février