Voyez-vous venir Colville, Chagall et Monet au MBAC ?

19-02-15

Les raisons d’aller à Ottawa ne manqueront pas au cours des prochains mois. Le Musée des beaux-arts du Canada vient de dévoiler sa programmation pour 2015 et au moins trois gros noms vaudront le détour.

 

Ça commence fort en avril avec Alex Colville (1920-2013). Il s’agit de l’exposition présentée au Musée des beaux-arts de l’Ontario de Toronto l’été dernier (166,000 visiteurs) augmentée d’une collection de dessins préparatoires que l’artiste a léguée au MBAC.  

 

C’est très rare qu’un artiste canadien soit en vedette durant l’été mais avec Colville il n’y a pas de risque de se tromper, croit le directeur de l’institution, Marc Mayer. ‘’L’artiste est une superstar au Canada et la saison estivale attire son lot de touristes canadiens dans la Capitale Nationale. De plus, l’exposition ne se limite pas à retracer la carrière de Colville, elle montre à quel point la peinture réaliste de Colville a inspiré de nombreux créateurs parmi lesquels Stanley Kubrick et les frères Coen.’’

 

Les visiteurs qui passeront par le Musée des beaux-arts durant l’été pourront aussi profiter de la présentation de Daphnis et Chloé, une suite de 42 lithographies réalisées par l’artiste Marc Chagall (1887-1985), un autre peintre très aimé du public.

 

 

  

Alex Colville

Vers l'Île-du-Prince-Édouard, 1965
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa
Photo © MBAC

Claude Monet

Le pont de bois, 1872

VKS Art Inc., Ottawa

Photo © MBAC, Ottawa

Le troisième gros canon de la programmation c’est Claude Monet (1840-1926) qu’on amènera à l’automne pour doper la fréquentation durant la saison hivernale. À partir du tableau Le pont de bois (1872), un prêt à long terme fait au musée, la conservatrice Anabelle Kienle Ponka a créé une exposition sur le thème du pont dans l’œuvre de Monet. Il n’y aura que 12 tableaux mais tous considérés comme des chefs-d’œuvre et issus de grandes collections internationales.

 

Avec cette exposition, Marc Mayer résout deux dilemmes avec lesquels il doit composer. D’abord juguler la diminution de la fréquentation. Monet, c’est comme Van Gogh ou Renoir, c’est un passeport pour le succès. Ensuite, la réticence des prêteurs à laisser sortir leurs chefs-d’œuvre.  Avec un thème comme celui du pont, jamais abordé, les propriétaires se sentent interpellés et ont envie de contribuer à la connaissance autour des tableaux qu’ils possèdent soutient M.Mayer.

 

Le Musée de la rue Sussex réserve aussi quelques surprises dans ses plus petites salles. Cela va de photos et de dessins britanniques datant de l’époque victorienne à une installation de Geoffrey Farmer réalisée à partir de 22 000 illustrations découpées dans des magazines Life.

 

De Montréal, Ottawa n’est qu’à deux heures de route en auto ou en train. Pas de raison de manquer ça!

Frederick H. Evans

La cathédrale de Wells: Une mer de marches, 1903

Musée des beaux‑arts du Canada, Ottawa

Photo © MBAC

 

Geoffrey Farmer

Leaves of Grass, 2012

Vue de l’installation, MBAC, 2014 -2015

Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa

Avec l’autorisation de l’artiste, de la Catriona Jeffries Gallery, Vancouver, et de Casey Kaplan, New York

Photo © MBAC

LES DATES:

 

Alex Colville du 23 avril au 7 septembre

Chagall. Daphnis et Chloé du 28 mai au 13 septembre

Monet. Un pont vers la modernité du 30 octobre au 15 février

Les photographies de Frederick H.Evans du 28 mai au 13 septembre

Geoffrey Farmer. Leaves of Grass jusqu'en septembre