Manchester by the sea

29-11-16

Pendant des années, je suis allé en vacances dans la magnifique région de Cap Ann au Massachusetts. J'étais donc très attiré par le film Manchester by the sea, pas tant pour les excellentes critiques (bien que ça ne nuise pas) mais pour revoir ce lieu situé au nord de Boston que le titre évoque.

 

Le film commence justement à Boston. Lee Chandler, le personnage principal, occupe dans le quartier de Quincy, une job de concierge qu'il accomplit avec une ''face de beu'' qu'on ne comprend pas trop au début. La mise en situation est un peu longuette. Survient un appel téléphonique. Lee apprend que son frère vient de subir un AVC, un autre, et celui-là est fatal.

 

L'action se déplace alors à Manchester by the sea où habite le défunt. Le film mérite tout à fait de porter le nom de ce joli village de bord de mer, car toute l'action s'y concentre. La destinée des personnages y est intimement liée.

 

Vous avez d'un côté Lee qui a quitté son bled pour une raison dramatique que je vous laisse découvrir et qui fleure le mélo. On comprend cependant que sa blessure soit profonde et l'empêche même de revenir vivre à Manchester by the sea.

 

De l'autre côté, il y a Patrick, le neveu de Lee, un ado dont la vie tourne autour de ses amis, ses blondes et ses activités sportives et musicales qui se voit dorénavant sous la tutelle d'un oncle dont il n'est plus aussi proche et qui refuse de déménager.

 

Le réalisateur Kenneth Lonergan nous plonge dans un drame à hauteur d'homme très touchant. On est pas dans l'émotion préfabriquée hollywoodienne.

 

Le film adopte un ton réaliste. À la manière des films québécois, je dirais. Le déroulement est assez lent.137 minutes qui auraient pu être un peu resserrées. Le jeu est sobre et convaincant. D'autant plus crédible que c'est la première fois que je vois les acteurs principaux Casey Affleck (le frère de Ben) et Lucas Hedges à l'écran. On les reverra c'est sûr.

 

Aux Oscars? C'est ce que prévoient certains critiques. À suivre....