Daniel Bélanger à Paris

18-04-15

Après le spectacle, Daniel Bélanger me disait être ravi de la tournure des événements, se présenter en solo étant un exercice moins facile qu’il ne peut en avoir l’air. Pour lui c’est comme un nouveau commencement et il espère revenir souvent. Véronique Croisile, qui gère la carrière de Bélanger en France, m’a confié que son protégé travaille son prochain disque en pensant au public européen. Les Québécois qui ont eu l’exclusivité de leur chouchou devront désormais le partager avec les Français.

AUX TROIS BAUDETS

 

Belle idée de Daniel Bélanger de commencer sa carrière parisienne Aux Trois Baudets. C’est dans cette salle créée par Jacques Canetti à la fin des années 40 que Félix Leclerc a été découvert par les Français. En entendant les accords de guitare de Bélanger, on ne pouvait s’empêcher à un autre maître du genre, Georges Brassens qui est un des fantômes de cette salle de Pigalle récemment rénovée.

 

Grand événement dans une petite salle. Notre Daniel Bélanger ''national'' qui fait ses débuts à Paris. Il a joué la carte de la simplicité pour cette première : guitare, voix. Après tout,  ses chansons, et on s’en rend compte vite, n’ont pas besoin d’artifices pour faire mouche. Interprétés dans leur plus simple appareil, les succès de Bélanger révèlent leurs qualités fondamentales : des airs imparables et des textes d’une grande beauté mélancolique servis par cette voix unique qui avait toute la place pour se faire valoir.

 

Le spectacle n’était pas composé des chansons de son plus récent Chic de ville mais de plus de 25 ans de répertoire. Il a enfilé les unes après les autres Te quitter, Le Parapluie, Tu Peux partir, Sortez-moi de moi, Dans un spoutnik, Sèche tes pleurs, Opium….

 

 À part Ensorcelée qui a été complètement réarrangée, toutes étaient comme dans nos souvenirs. On ne pouvait pas…. rêver mieux.

 

Moi qui lui ai souvent reproché de parler trop, j’aurais pris un peu plus de ses présentations mâtinées d’humour absurde. 

On ne vous cachera pas qu’il y avait beaucoup de Québécois pour assister à ce triomphe parisien. Il y avait notamment Claude Charron, toujours aussi heureux à Paris, Philippe Lapointe, le nouveau patron de la chaîne AMI Français, le producteur québécois installé à Paris Didier Morissonneau, la chanteuse Amélie Veille qui travaille à un nouveau disque avec les paroliers de Bashung et Patricia Kaas, Boris Bergman et François Bernheim. Il y avait aussi le couple franco-québécois de l’heure Guilhem Valayé et Nathalie Lesage. Lui c’est le concurrent de l’équipe Zazie aux finales de l’émission The Voice et elle c’est sa femme, celle qui l’a convaincu de s’embarquer dans cette galère qui l’a mené à la demi-finale qui sera présenté ce soir samedi 18 avril.

Guilhem Valayé et Nathalie Lesage