Le fils de Jean de Philippe Lioret

27-12-16

Sous le charme du film Le fils de Jean de Philippe Lioret, coproduction France-Québec qui vient de sortir sur nos écrans.

 

C’est un film simple, bien mené et qui sonne vrai. L’histoire de Mathieu, un Français qui apprend que son père naturel, qu’il n’a jamais connu, vient de mourir au Québec. Pas question pour lui de se contenter de recevoir par la poste ce qui lui tiendra lieu d’héritage. Malgré l’opposition de Pierre, un ami proche du défunt qui joue les intermédiaires et qui a intérêt à ce que personne n’apprenne l’existence de ce fils jamais déclaré, Mathieu se déplace à Montréal dans le but d’assister aux funérailles et de rencontrer ceux qui auraient dû être ses frères.

 

Avec un intérêt soutenu, le film entretient pendant une heure et demie le malaise de ces retrouvailles posthumes. Dans le rôle de Pierre, le seul qui peut dire la vérité à Mathieu, Gabriel Arcand est fabuleux, à la fois secret, taciturne, brusque, et finalement empathique au questionnement de Mathieu incarné par un Pierre Deladonchamps très nuancé.

 

Les comédiens Marie-Thérèse Fortin, Catherine de Léan, Pierre-Yves Cardinal et Patrick Hivon gravitent autour des deux personnages principaux pour servir de révélateur.

 

Rarement a-t-on vu une coproduction France-Québec être aussi juste dans le ton. Philippe Lioret a évité le piège folklorique. Vous allez reconnaître le Québec dans lequel vous vivez. Oui vraiment une belle sortie au cinéma.