Alain Lefèvre et Mathieu: continuer le combat

15-09-17

Voici mon article annuel sur Alain Lefèvre. Il y a des gens comme ça, prolifiques et incontournables. Cette année, le pianiste sort un disque, non pas de compositions originales, mais un enregistrement mettant en vedette, encore une fois, la musique d’André Mathieu.

Faire entendre la vraie affaire

 

Même s’il avoue qu’il a beaucoup donné pour faire connaître ce compositeur québécois mort en 1968  (il a joué Mathieu dans plus d’une quarantaine de pays), Alain Lefèvre ne désarme pas. Sur ce nouveau disque Analekta, il interprète le Concerto No.3 en do mineur, op.25, qui est en fait la version originale et complète de ce qu’on a connu sous le nom de Concerto de Québec.

 

La différence entre les deux ? À peu près 10 minutes de musique de plus, nous dit le pianiste. Pour convaincre que ce n’est pas anodin comme différence, il lance même que cette nouvelle version représente 20 000 notes supplémentaires qui permettent de rétablir l’intégrité de cette œuvre composée alors que Mathieu n’avait que 13 ans.

 

Le livret nous raconte que cette partition originale a été découverte en 2008 par le musicologue Georges Nicholson dans le Fonds Mathieu à Ottawa. Le document permettait de rajouter, sur les portées, les passages qui avaient été enlevés pour satisfaire aux besoins d’un film dans les années 40.

 

Pour faire ce travail de restauration, Alain Lefèvre a mandaté le pianiste et compositeur Jacques Marchand, chef de l’Orchestre symphonique régional de l’Abitibi-Témiscamingue (et autrefois musicien de Pauline Julien, je l’ai reconnu à sa moustache qu’il porte toujours!). Déchiffrer les partitions originales d’André Mathieu a été un travail de moine qui a duré deux ans, financé par un mécène.

 

D’ailleurs, c’est l’OSRAT qui a obtenu de jouer en primeur canadienne le Concerto No.3 de Mathieu. C’était en avril dernier, deux mois après la première mondiale à Buffalo.

 

 

Passer par l’étranger pour faire accepter Mathieu chez lui

 

Pourquoi donc avoir choisi Buffalo pour la première mondiale et l’enregistrement de ce concert pour en faire un disque?

 

D’abord Joann Falletta est une très grande chef et elle avait envie de rendre hommage à Mathieu. Alors pourquoi j’essaierais encore de convaincre un orchestre de chez-nous et prendre le risque d’avoir des papiers qui disent : Mathieu c’est pas si bon que ça….

 

Quand je fais remarquer à Alain Lefèvre qu’il a l’air fâché de l’accueil qu’on réserve ici à ce compositeur de chez nous, il répond ceci :

 

C’est 36 ans de ma vie. J’ai donné mon cœur pour ça. J’ai jamais été gagnant à le faire, ni au niveau de ma carrière, ni de ma réputation. Je n’en peux plus de lire des insignifiances sur ce compositeur qu’on juge tellement sévèrement. Mathieu ce n’est pas Stravinski, soit, mais la moindre des choses venant d’un musicien canadien c’est qu’il défende les compositeurs de son pays, non?

 

 

Continuer le combat

 

 

En écoutant Alain Lefèvre, on sent que malgré la lassitude de mener son combat en faveur d’André Mathieu, il n’est pas près de déposer les armes.

 

Moi ma technique c’est de dire Mathieu s’en va. Je l’amène avec moi à travers le monde. Peut-être qu’un jour les gens diront que Lefèvre était pas si fou que ça!

 

Et la croisade se poursuit. Alain Lefèvre joue ce samedi 16 septembre le Concerto No.3 avec l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières. Il le reprendra au Grand Théâtre les 20 et 21septembre avec l'Orchestre symphonique de Québec.  À son agenda, il y a encore du Mathieu: à l’Élysée à Paris, à Moscou aussi pour interpréter la version piano au Kremlin devant Vladimir Poutine. Et le musicien de laisser entendre qu’une nouvelle biographie et un autre film pourraient être produits sur le sujet, des projets étrangers auxquels, on croit comprendre, il serait associé.

 

En complément du Concerto No.3 en do mineur op.25, le disque compte aussi une exécution, également devant public, de An American in Paris de George Gershwin.