VAREKAI DU CIRQUE DU SOLEIL AU CENTRE BELL

Les productions du Cirque du Soleil ont toujours des titres mystérieux. Varekai a été emprunté aux rominachels et signifie ''peu importe le lieu''.
 
Lors de la création, le metteur en scène Dominic Champagne, ne pensait pas si bien choisir son titre . Depuis 2002,  ce spectacle a obtenu du succès peu importe le lieu où il a été présenté sur les 5 continents attirant 8 millions de spectateurs.
 
En 2013, une nouvelle étape commence. Après des années sous le chapiteau, la troupe entreprend une tournée des arénas.
 
À voir la réaction extrêmement enthousiaste au Centre Bell vendredi soir (20 décembre), la suite augure bien.
 
Regardez le diaporama, je vous parle des numéros qui m'ont le plus impressionné dans ce spectacle qui met en vedette 50 acrobates, musiciens, chanteurs et acteurs dont les québécois Rodrigue Proteau parmi les clowns et Brigitte Larochelle à la direction musicale.
photo: Cirque du Soleil
photo: Cirque du Soleil

Dans les jeux icariens, un acrobate fait virevolter un voltigeur avec ses pieds. Le porteur est couché sur un trinka (siège triangulaire très bas et incliné qui permet de prendre appuis sur les reins). Ce numéro est spectaculaire et parfaitement maîtrisé par des artistes d'origine russe.

photo: Cirque du Soleil
photo: Cirque du Soleil

Généralement, les numéros de courroies aériennes se ressemblent. Celui de Varekai est un duo tout en force et en symétrie. Les Ukrainiens Oleksii Kozakov et Oleksander Romashyn sont éblouissants.

photo: Cirque du Soleil
photo: Cirque du Soleil

Le numéro final met en scène deux balançoires russes d'où s'élancent les acrobates dans les airs. Le décor magnifique de Stéphane Roy étant par ailleurs exigu, on a des frissons à voir les voltigeurs se frôler de si près dans les airs et choir dans les draps tendus en fond de scène. L'équipe est composée de Russes, de Bélarusses, de Kazakhs et d'un Ukrainien.

photo: Cirque du Soleil
photo: Cirque du Soleil

Dans les jeux icariens, un acrobate fait virevolter un voltigeur avec ses pieds. Le porteur est couché sur un trinka (siège triangulaire très bas et incliné qui permet de prendre appuis sur les reins). Ce numéro est spectaculaire et parfaitement maîtrisé par des artistes d'origine russe.

1/7