CIRKOPOLIS: le Cirque Éloize nous charme encore

Le Cirque Éloize se réinvente encore! Son nouveau spectacle Cirkopolis n'a rien à voir avec l'approche ''street'' de ID ou le côté poétique de Rain ou Nebbia

 

C'est une nouvelle affaire, résultat de la rencontre entre Jeannot Painchaud, le fondateur d'Éloize, et le chorégraphe Dave St-Pierre, l'enfant terrible de la danse montréalaise. (La Pornographie des âmesUn peu de tendresse bordel de merde!)

 

Campé dans un décor où la machine transforme l'humain en robot, un environnement qui rappelle Métropolis de Fritz Lang ou Les temps modernes de Charlie Chaplin, Cirkopolis nous montre des personnes qui réussissent à sortir du carcan que la société impose. Même si visuellement on s'inspire de l'époque de la révolution industrielle, le propos demeure tout à fait de notre temps.

 

 

Du cirque avant tout 

 

Le Cirque Éloize se réinvente mais il garde les ingrédients qui ont fait sa réussite: poésie, humanité, magie, énergie et inventivité.

 

Même si la danse prend beaucoup de place (les chorégraphies de Dave St-Pierre dynamisent énormément les enchaînements), on demeure en présence d'un spectacle de cirque.

 

Contorsion, roue Cyr, roue allemande, jonglerie, diabolo, ce sont toutes des disciplines connues mais ce qu'on en fait est prodigieux parce que tous les artistes sont mis à contribution pour en augmenter la portée.

 

C'est un travail d'équipe qui force l'admiration.

 

Par exemple, la gracieuse Myriam Deraiche n'est pas seule en scène pour faire son numéro de contorsion. Cinq acrobates l'entourent, la portent, la soulèvent, si bien qu'elle ne touche pas au sol une seule fois en cinq minutes. Les figures de la contortionniste n'en sont que plus spectaculaires.

 

Même chose avec la roue allemande. Il y a UN spécialiste, c'est Frédéric Lemieux-Cormier. Mais il est épaulé par cinq autres artistes qui se greffent à son numéro, décuplant le potentiel de l'appareil.

 

Chapeau les concepteurs

 

Il y a aussi toute une équipe virtuose à la conception. Les projections du duo Robert Massicotte-Alexis Laurence sont hallucinantes. Aux costumes, Liz Vandal a magnifiquement transposé l'esprit Métropolis. Et la musique originale de Stéfan Boucher est là comme un filet, elle soutient l'intérêt du début à la fin.

 

Finalement on a pas à s'inquiéter du rodage du spectacle. Le Cirque Éloize l'a déjà donné en Europe, au Mexique et aux États-Unis. Cirkopolis nous arrive auréolé d'un succès pleinement mérité.

 

Cirkopolis

Théâtre Maisonneuve de la Place des arts

jusqu'au 30 novembre

supplémentaires les 6 et 7 décembre

 

   NOUVEAUTÉ

L'été arrivera le 28 janvier cette année. C'est le titre du nouveau disque de Philémon CIMON. On l'a découvert sur PHILÉMON CHANTE, magnifique premier disque enregistré à La Havanne. Voici un premier extrait de L'été: Soleil blanc.