La guerre, la guerre....

16-08-14

Il y a 69 ans, le 16 août 1945, mes parents se mariaient.

Quelques jours auparavant des bombes atomiques avaient été larguées sur Hiroshima et Nagasaki. Le jour de leurs noces, ils apprennent la capitulation du Japon. Pour eux, c'était la fin de la guerre et le début de leur vie de couple.

Mes parents ont eu 6 enfants.

Comme quoi on se remet de la guerre.

Mais est-ce parce qu'on s'en remet qu'elle revient toujours ?

Malgré toutes les horreurs que l'histoire nous a enseignées depuis un siècle, il y a

présentement à Gaza, en Irak, en Syrie, en Ukraine, des conflits armés qui font des centaines de morts et imposent souffrance et désolation à des milliers de personnes.

 

Pourquoi je vous parle de ça?

 

Parce que je suis allé voir deux expositions à Ottawa sur le thème de la Première Guerre mondiale dont on souligne cette année le centenaire. Ces deux événements nous permettent de mesurer l'ampleur de ce désastre qui, à bien des égards, ressemble à ceux d'aujourd'hui.

Ça a l'air qu'on apprend pas!

 

LA GRANDE GUERRE

Le pouvoir d'influence de la photographie

Au Musée national des beaux-arts du Canada

jusqu'au 16 novembre

Témoin- Art canadien de la Première Guerre Mondiale

Au Musée de canadien de la guerre

jusqu'au 21 septembre 2014

TRANSFORMATIONS

A.Y. JACKSON & OTTO DIX

Au Musée canadien de la guerre

jusqu'au 21 septembre

Cette exposition montre, en parallèle, le parcours de deux artistes marqués par la Première Guerre mondiale: le canadien A.Y. Jackson et l'allemand Otto Dix. Tous deux sont allés au front.  

Taillis, le soir

A.Y. Jackson

1918

Tranchées près de Reims II

Otto Dix

1915

photo: claude deschênes   13-08-14

L'exposition montre diverses utilisations de la photo en temps de guerre, déjà en 1914. Par exemple, en publiant des photos des dégâts faits par l'ennemi, les gouvernements justifiaient leur riposte.