HOMMAGE À LUC LAPORTE

31-10-10

Connaissez-vous Luc Laporte? Pour moi ce nom revient dans plusieurs des raisons que j’ai d’aimer Montréal.

 

Ce grand architecte, malheureusement trop méconnu, a créé de nombreux lieux emblématiques de Montréal : les restaurants l’Express, Laloux, le Café du monde, le pavillon des patineurs au Bassin Bonsecours des Quais du Vieux-Port, la SAT, le Club Soda. Certaines de ses réalisations, aussi fameuses, sont choses du passé comme le Lux, le Grand Café, le Musée Juste pour rire et son Cabaret.

 

Si ces lieux m’importent autant, c’est parce qu’ils font partie de mon environnement, contribuent à ma qualité de vie par l’intelligence que leur conception offre à mon regard. 

 

Situés dans un rayon d’à peu près un kilomètre autour du lieu où j’habite, je n’ai pas eu loin à aller pour photographier ce qu’il a légué à la trame urbaine du centre-ville de Montréal. Je dis léguer parce qu’il est mort maintenant. Ça fait plus de deux ans que Montréal est orphelin de ce penseur de la ville.

 

 

Pourquoi je vous parle de ça? Parce que la galerie LaPoste, rue Notre-Dame ouest, dernier endroit qu’il a conçu avant de mourir, lui consacre une formidable exposition intitulée Luc Laporte, Réalisations et inédits.

 

Plusieurs des projets architecturaux présentés sont des inédits en ce sens qu’ils n’ont jamais vus le jour. C’eût été le cas, ils auraient transformé encore davantage ma ville. Il a imaginé une grande salle de spectacle à l’italienne qui nous aurait évité d’avoir une station-service à l’intersection de Saint-Laurent et Sherbrooke. Il a conçu un stade de baseball de 33 mille places qui aurait imposé son cercle parfait à l'angle de Peel et de la Montagne. Il a dessiné une salle de concert dans un grand ensemble multifonction à l’époque où on voulait loger l’OSM sur l’Ilot Balmoral. Avant le 333 Sherbrooke, il a proposé une grande conciergerie pour ce lieu en friche à deux pas de la rue Saint-Denis. Dans le même souci de densifier la ville, il a eu l’idée d’un autre complexe domiciliaire de type conciergerie, le Émile-Saine, angle Saint-Laurent et Saint-Joseph.

 

Et comme Luc Laporte ne craignait pas les utopies, il a aussi conçu une ville idéale. Il l’a imaginée sur le vaste territoire sauvage de l’île Saint-Barnabé située dans le fleuve Saint-Laurent à la hauteur de Rimouski. La maquette de ce projet, exposée au deuxième étage de LaPoste,  achèvera de vous convaincre du caractère visionnaire de ce créateur.

Ce qu'il a légué.....

Un aperçu de l'exposition....

photo: claude deschênes  30-10-14